Cercamon
Advertisement

Sur la fortune d'Alexandre, traduction d'après F. C. Babbit[1].

332F:

Une fois qu'il lisait (διερχομενος) une lettre confidentielle de sa mère, et qu'Hephaestion, qui se trouvait être assis à ses côtés, la lisait ouvertement avec lui (απλως συναναγνωσκοντος), il ne l'arrêta pas mais plaça sa bague sur la bouche de celui-ci, la scellant avec la confiance d'un ami (κατασφαγισαμενος φιλικηι μιστει την σιωπην).

340A:

De fait, il est dit qu'une fois, comme il avait brisé le sceau d'une lettre confidentielle de sa mère et qu'il la lisait pour lui-même en silence (και σιωπει προς 'εαθτον αναγιγγνωσκοντος), Hephaestion posant tranquillement la tête contre la sienne lut avec lui (συναναγιγνωσκεν); il ne voulut pas l'arrêter mais ôta sa bague et en plaça le sceau (σφαγιδα) sur la bouche d'Hephaestion.

Advertisement